Pour suivre nos publications, abonnez vous

mercredi 12 novembre 2014

La post-production dans l'ombre et maintenant sous la lumière des projecteurs.

Un film, c'est un assemblage d'images et de sons synchronisés avec un générique de début et de fin. Pour qu'il soit réussi, il n'existe pas de recette (ça se saurait) et tout devient plus complexe pour obtenir une alchimie. Tient-elle au scénario, aux acteurs, aux techniciens, aux producteurs, à l'air du temps ?
En tant que réalisatrice, je me lance à chaque fois, sans en connaître la réponse.

Tout d'abord, j'ai visionné les rushes de "Plus belle sera la chute", d'après moi, j'en ai gardé les meilleures, elles vont former un puzzle assemblé dans un ordre valorisant le travail de tous afin de raconter une histoire selon ma vision.
Arnaud Pottier et moi avons fait le montage final avec une patience d'ange.
 
La phase de l'étalonnage arrive juste après, qui donne aux images de l'éclat, révélant une couleur plutôt qu'une autre, harmonisées entre elles sans artifice, comme pour un concours de beauté. Je dois ce tour de passe-passe au talent de François Montpellier que je sollicite régulièrement avec bonheur.
Tous droits réservés -
Qui dit film dit musique. "Plus belle sera la chute" ne fait pas exception.
Dans un de mes courts métrages et making off, j'ai utilisé une des chansons de Nathan Symes. Son univers est proche du mien. J'avais donc très envie qu'il compose cette fois-ci une musique originale sur "Un joli conte" dont j'ai écrit les paroles.

Lorsque Nathan m'a fait écouter sa composition, j'ai tout de suite été emballée et je l'ai écoutée plusieurs fois, sans m'en lasser. C'est la cerise sur le gâteau à ajouter aux sons et silences enregistrés sur le tournage.

Cependant il faut monter et mixer ces derniers sans oublier la musique, la chanson. Matthieu Langlet s'en est chargé avec moi. J'ai eu l'occasion d'écouter son travail, à l'aveugle, sans voir les images défilées sur l'écran. Je me suis retrouvée plongée soudain dans une ambiance spécifique comme si j'écoutais la radio et le film s'est déroulé dans ma tête à partir des bruits et des dialogues. C'est un excellent moyen de mesurer la qualité de son travail et l'importance du son dans le film.

Il va falloir bientôt songer à organiser le projection de "Plus belle sera la chute". N'ayez aucune inquiétude, soyez heureux, La B.O. s'y prépare à son rythme.

Espérance


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire